Critiques numériques

Olivier Alexandre, Jean-Samuel Beuscart, Sébastien Broca (dir.), Réseaux, no 231, 2022/1, Critiques numériques, La Découverte, 294 p.

Présentation

Numéro disponible sur Cairn
EN. This issue is available in English on Cairn International.

Techlash. Utilisé pour la première fois dans les pages de The Economist en 2013, le terme a bénéficié depuis lors d’un certain succès en raison des critiques grandissantes émises à l’égard des grandes entreprises de la Silicon Valley et plus généralement des technologies numériques.

Ce dossier de la revue Réseaux rappelle que cette hostilité montante s’inscrit dans une histoire plus longue des mobilisations sociales et des théories critiques. Il propose ainsi de relire l’histoire du numérique à travers les lunettes de la critique. L’historiographie et la sociologie de ces critiques permettent de reconstituer les étapes de construction du numérique en tant qu’objet homogène, en dépit d’une multitude de pratiques, d’espaces et de sens. Elles éclairent également les thèmes qui ont accompagné ce développement depuis la fin des années 1970, et au-delà. Le sabotage y est présenté comme un thème central dans les discours et approches des technologies, des textes classiques de la critique jusqu’à la dénonciation du travail du clic. Par ailleurs, la critique environnementale du numérique y est analysé à partir d’un cas d’étude remontant à la fin des années 1970, à travers les tentatives de syndicalisation au sein de l’industrie des semi-conducteurs. Plus récemment, le développement des grandes entreprises du numérique a conduit à la résurgence de tentatives de syndicalisation et d’organisation des salariés des GAFAM. Les difficultés rencontrées par ces mouvements se comprennent notamment en raison des modes spécifiques d’organisation du travail dans l’univers des nouvelles technologies, axés sur le développement par projets. Enfin, il est possible de ressaisir le capitalisme numérique à partir de notions plus anciennes, à commencer par celles de « système-monde » et d’ « échange écologiquement inégal », autant de clés de lecture qui mettent à distance à la fois les récits enchantés autour des « licornes » et de la « startup Nation », tout en nuançant la nouveauté de leurs critiques.

Sommaire

Présentation

Olivier Alexandre, Jean-Samuel Beuscart, Sébastien Broca
Une sociohistoire des critiques numériques
p. 9-37

Dossier : Critiques numériques

Christophe Lécuyer
Mouvement syndical et critique écologique des industries numériques dans la Silicon Valley
p. 41-70

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Quentin Chapus
Des luttes éthiques aux luttes sociales
p. 71-107

Clément Mabi, Irénée Régnauld
La critique du numérique par les « travailleurs du milieu »
p. 109-136

Samuel Lamoureux
Penser le sabotage à l’ère du capitalisme numérique
p. 137-165

Sébastien Broca
Le capitalisme numérique comme système-monde
p. 167-194

Varia

Damien Renard
La justification des pratiques de co-création sur les plateformes de crowdsourcing
p. 197-224

Louis Rénier, Aurélie Cardona, Frédéric Goulet, Guillaume Ollivier
La proximité à distance
p. 225-257

Notes de lecture

Pascal Froissart
Fred TURNER, L’usage de l’art. De Burning Man à Facebook, art, technologie et management dans la Silicon Valley, traduit de l’anglais par Jay Demazière, Sophie Harris, Marine Kennerknecht et Hervé Le Crosnier, photographies de Burning Man par Scott London, Caen, C&F Éditions, 2020, 144 p.
p. 261-264

Valentina Grossi
Angèle CHRISTIN, Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms, Princeton (NJ), Princeton University Press, 2020, 272 p.
p. 265-269

Fardin Mortazavi
Jean-Paul FOURMENTRAUX, antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique, Dijon, Les Presses du réel, coll. « Perceptions », 2020, 232 p.
p. 270-274

Alain Busson
Dominique BOULLIER, Comment sortir de l’emprise des réseaux sociaux, Paris, Le Passeur, 2020, 304 p.
p. 275-278

Résumés / ABSTRACTS