Santé, numérique et IA

Coordination : Cristina Lindenmeyer, UTRPP, Université Sorbonne Paris Nord

L’avènement de l’intelligence artificielle dans le champ de la santé offre aux patients l’accès à d’autres formes de traitement dont les avantages sont indéniables. Cependant, ces usages multiples et croissants, alliés à des masses de données inédites, soulèvent de nombreuses questions.

Ces nouveaux moyens de « traitement » du sujet humain, rendus possibles par l’essor du numérique, se veulent toujours plus innovants et convoquent ainsi une réflexion interdisciplinaire urgente que ce groupe de travail se propose d’explorer. Le corps humain étant désormais connecté mais surtout de plus en plus « robotisé » à travers les objets implantés, ​quid ​du duo homme/machine et, partant, du devenir du sujet humain ? L’avènement de la téléconsultation et de la télémédecine conduit également à s’interroger sur le nouveau rôle du professionnel et du patient, sur le caractère éclairé du consentement de ce dernier, et sur la métamorphose de la relation thérapeutique.

La e-santé étant destinée à «aider» mais également à «améliorer», ce nouveau dispositif ne flirte-t-il pas avec les idéologies transhumanistes ? Dans cette illusion d’un humain devenant un homme « augmenté », il convient d’appréhender ce phénomène, tant sur le plan éthique, psychologique, sociologique que juridique, afin de mieux comprendre ces techniques émergentes et futures.

À la lumière de réflexions associant les sciences de l’ingénieur (cybersécurité, algorithmie, modélisation de la prise de décision), recherche clinique, recherche médico-économique, réflexion éthique et déontologique, recherche en psychologie et des premiers retours d’expérience d’évaluation d’objets connectés en santé, il s’agit dans ce groupe de travail de s’interroger sur les modalités qui permettront de concilier le développement de ces outils et ses effets sur le sujet contemporain.

Cristina Lindenmeyer est psychanalyste (Association psychanalytique de France, APF), et professeure à l’Université Sorbonne Paris Nord. Elle a été en délégation au CNRS en 2016-17, à l’Institut des sciences de la communication, puis chercheuse associée à l’ISCC jusqu’en 2018.

2020

Objectifs

Il s’agit dans ce groupe de travail de s’interroger sur l’appropriation et les effets de l’utilisation des objets connectés dans le champ de la santé. Nous souhaitons également développer une méthodologie d’analyse interdisciplinaire des données issues de nos recherches sur le terrain.

Activités

Le premier semestre 2020 a été consacré à la détermination d’un thème fédérateur pour nos échanges interdisciplinaires sur la santé, numérique et IA. Le thème choisi a été « la problématique de l’automatisation », qui nous a amené à la construction du projet interdisciplinaire « Enjeux et effets des dispositifs numériques sur la relation médicale au prisme du traitement du syndrome des apnées du sommeil en période de Covid-19 ». En mai 2020, nous avons obtenu le financement par l’Institut la Personne en médecine de l’USPC pour la réalisation de cette recherche. Notre objectif est de mener une analyse interdisciplinaire des enjeux et effets des dispositifs numériques dans la relation médecin/patient, spécialement dans le cadre d’une maladie chronique (apnées du sommeil), en prenant en compte l’augmentation du recours à ces dispositifs depuis la pandémie actuelle. Parallèlement à cette démarche, plusieurs membres du groupe de travail ont participé à la publication du livre Santé connectée (CNRS Éditions, 2020). Le deuxième semestre de l’année 2020 a été consacré à la mise en place et au démarrage du projet « Enjeux et effets des dispositifs numériques sur la relation médicale au prisme du traitement du syndrome des apnées du sommeil en période de Covid-19 ». En novembre 2020, le questionnaire destiné à 20 médecins impliqués dans le suivi de patients porteurs de syndrome d’apnées du sommeil a été finalisé. En décembre 2020, le questionnaire auto-administré en ligne par les médecins participant à la recherche a été mis en place. Ces entretiens se sont déroulés dans les premiers mois de 2021.

Ce groupe de travail a aussi publié en 2020 Santé connectée, ouvrage dirigé par Cristina Lindenmeyer et Marie-Pia d’Ortho (CNRS Éditions), avec la participation de Jean-Michel Besnier, Grégory Bonnet, Vincent Bunel, Jean-Marc Deltorn, Philippe Drweski, Hervé Dumez, Rodolphe Gouin, Camille Jean, Cristina Lindenmeyer, Étienne Minvielle, Marie-Pia d’Ortho, Aloïse Quesne.