Tous les projets et activités
All projects and activities

Projets de recherche financés

REFORMS – Renforcer l’écosystème des formations à la médiation scientifique
Projet de 24 mois financé par l’ANR dans le cadre de l’appel Sciences avec et pour la société 2021, coordonné par Jean-Marc Galan (CIS UPR 2000, CNRS), avec Francesca Musiani (CIS UPR 2000, CNRS), Matteo Merzagora et Paul Boniface (TRACES), Xavier Coumoul et Afaf Mikou (UMR 8601, Université de Paris) et Loïc Petitgirard (CNAM, HT2S).
https://cis.cnrs.fr/reforms/

ODECO – Vers un écosystème durable de données ouvertes
Appel de l’action Marie Curie Réseaux de formation innovants (ITN) : H2020-MSCA-ITN-2020
Coordination : Université de Delft
Octobre 2021-Septembre 2025
Mélanie Dulong de Rosnay, İbrahim Barış Sayar
https://odeco-research.eu/
L’objectif central du réseau du consortium ODECO est de former la prochaine génération de chercheurs créatifs et innovants dans le domaine des données ouvertes, afin de libérer leur potentiel créatif et innovant pour relever les défis actuels et futurs de la création d’un écosystème de données ouvertes axé sur l’utilisateur, circulaire et inclusif.
Le programme de recherche et de formation interdisciplinaire délivrera 15 diplômes de doctorat, dans le cadre d’une supervision et d’une formation conjointes entre les organisations partenaires des secteurs universitaire, public et privé.
En partenariat avec l’École doctorale de droit public de l’Université Paris Nanterre et la Legal Tech Doctrine, le rôle du CIS est d’encadrer un doctorat sur les licences ouvertes de données non gouvernementales, ainsi que de participer aux efforts de recherche et de formation du projet.

CulturIA – Une histoire culturelle de l’intelligence artificielle
ANR
Janvier 2022-Décembre 2025 (36 mois)
Ksenia Ermoshina, Tommaso Venturini, Olivier Alexandre, Mélanie Dulong de Rosnay, Francesca Musiani
https://cultureia.hypotheses.org/
Ce projet vise à proposer une approche culturelle de l’intelligence artificielle (IA), de sa “préhistoire” jusqu’aux développements contemporains du deep learning, en combinant les méthodes de l’histoire des sciences, de l’histoire des idées et des imaginaires collectifs avec des analyses de terrain. L’hypothèse de recherche du projet est la nécessité de comprendre l’IA non seulement comme un ensemble d’algorithmes, mais aussi comme une “technoculture” (Shaw, 2008), où les sciences impliquées (mathématiques, sciences de l’information et sciences cognitives) sont inscrites dans des institutions configurant les pratiques scientifiques, mais aussi dans des contextes culturels situés et dans des imaginaires impliquant des idéologies, des fictions, des représentations sensibles. Le projet propose une approche interdisciplinaire, combinant l’histoire culturelle, les STS, l’ethnographie et la scientométrie. L’équipe compte les développeurs et spécialistes de l’IA, historiens de sciences et des idées, sociologues des sciences et techniques, philosophes et historiens de la culture.
Plusieurs membres du CIS participent au projet. Ksenia Ermoshina est la coordinatrice du WP2 (ethnographie de l’intelligence artificielle). Elle coordonnera le travail de terrain et la collecte qualitative de données au sein des quatre pays: France, États-Unis, Russie, Singapour, afin de saisir les spécificités culturelles et socio-techniques de l’IA “en train de se faire” dans des contextes, des cultures et régimes politiques différents. Tommaso Venturini est en charge, avec Benoît Sagot (INRIA), du WP1 qui vise à développer une cartographie de concepts et de représentations et imaginaires de l’IA dans la science. Olivier Alexandre est également impliqué dans le WP2, en particulier, dans l’étude du terrain américain. Mélanie Dulong et Francesca Musiani apportent de façon ponctuelle une expertise juridique et STS.

ScientIA
ANR
Janvier 2022-Décembre 2025 (48 mois)
Tommaso Venturini
ScientIA vise à analyser, dans une perspective comparative, l’impact et les implications de l’introduction de l’IA dans la recherche académique et industrielle. Nous étudierons l’introduction de l’IA dans ces écosystèmes de recherche fondamentale ou appliquée, avec une approche multiforme reliant les transformations épistémiques induites par l’IA, les fractures épistémologiques qu’elle a engendrées, le renouvellement connexe des pratiques scientifiques et la perception publique. Ce projet se développe à partir d’un cadre interdisciplinaire combinant des outils de calcul (science des réseaux, méthodes de systèmes complexes, techniques d’IA, modélisation, etc.) et des méthodes de sciences sociales (entretiens qualitatifs et enquêtes par questionnaire).
Au CIS CNRS, Tommaso Venturini a une longue expérience de travail avec des données scientométriques et de développement de projets d’analyse de réseaux. Grâce à sa double formation en Science and Technology Studies (STS) et méthodes numériques, il aidera à la combinaison des méthodes quantitatives et qualitatives cruciale pour ce projet. T. Venturini est également le PI du projet CAIAC qui pourra servir de tremplin pour ScientIA et a déjà développé une première cartographie bibliographique de l’IA dans le contexte du Global Forum on IA for Humanities.

Splinternet – Gérer la divergence et la convergence de contenus et services en ligne
Contrat de prestation du panel pour le futur des sciences et des technologies du Parlement européen
2021-2022
Francesca Musiani (avec Clément Perarnaud, Julien Rossi et Lucien Castex du groupe de travail Gouvernance et régulation d’Internet du GDR 2091)
https://www.europarl.europa.eu/stoa/en/home/highlights
La personnalisation et la restriction accrues de l’accès d’individus et de groupes à Internet ont entraîné des divergences substantielles dans la gamme de contenus et de services Internet disponibles – ou présentés par défaut – aux utilisateurs. Nous utilisons le terme “splinternet” pour désigner le paysage émergent des “internets” distincts et autonomes qui résultent de telles divergences. Ces divergences, ainsi qu’une éventuelle convergence (ou nouvelle interopérabilité) d’espaces internet distincts, est le sujet central de ce projet. L’objectif est de fournir un examen et une explication accessibles de la divergence et de la convergence dans les produits et services Internet, y compris le rôle des protocoles, des principes et de la politique de l’UE, et de développer et d’examiner une gamme d’options politiques, dans le contexte de l’agenda politique de l’UE.

DIGEING – Un programme de recherche sur les médias numériques et le bien-être humain
CNECT/2020/OP/0035 VIGIE 2020-0661
Coordination CNRS ISC-PIF, Universita Ca’Foscari Venezia et Universidad Politecnica de Madrid
Mai 2021-Novembre 2022
Mélanie Dulong de Rosnay
https://iscpif.fr/digeing/
Ce projet de la Commission européenne vise à synthétiser la compréhension actuelle de l’impact des médias numériques sur le comportement humain, à faire germer et à cartographier une nouvelle communauté de recherche interdisciplinaire sur ce sujet, à définir un programme de recherche et à émettre des recommandations pour les politiques et la conception future des médias numériques. Il propose une méthodologie hybride pour une cartographie collaborative à grande échelle de l’état de l’art et des défis de ce domaine émergent. Cette étude collective est médiatisée par des outils TIC intelligents et par les contributions de la communauté des chercheurs sur les principaux défis qui devraient être soutenus par l’UE au cours des cinq prochaines années. Sur la base de cette cartographie collaborative de l’état de l’art et des défis futurs, le groupe consultatif sera chargé de faire des recommandations à la Commission européenne pour les futurs programmes de financement dans ce domaine. Les résultats de ce projet seront une feuille de route prospective pour l’UE et une cartographie des principaux acteurs et domaines de recherche liés aux médias numériques et au bien-être humain.
Mélanie Dulong de Rosnay est membre du groupe consultatif interdisciplinaire et contribue à la définition du champ de recherche.

DesCartes – Prise de décision basée sur l’IA dans les systèmes urbains critiques
Fondation nationale de la recherche, Singapour (NRF)
Accueilli par Singapour au Campus for Research Excellence and Technological Enterprise (CNRS@CREATE)
Partenaires : 18 universités de Singapour et de France, 5 entreprises
Octobre 2021-Septembre 2026
Mélanie Dulong de Rosnay (avec Marida Di Crosta, Amélie Favreau et Jean-Marc Deltorn du GDR 2091)
Le programme vise à améliorer la prise de décision en temps réel dans les systèmes urbains critiques, en mettant l’accent sur les individus et la société dans son ensemble. Les infrastructures urbaines critiques doivent être rendues plus efficaces, plus fiables et plus sûres par une combinaison optimale de l’IA et des processus décisionnels humains, ce qui nécessite une méthodologie innovante, générique et polyvalente basée sur l’IA pour soutenir et renforcer les systèmes urbains critiques. Quelque 30 doctorants, 50 boursiers postdoctoraux et plus de 80 autres universitaires et chercheurs des deux pays seront recrutés.
Le CIS-CNRS est impliqué dans l’un des workpackages centrés sur l’humain et le social et contribuera à une approche “legal by design” de l’IA qui fait le lien entre les exigences techniques et sociales pour des modèles d’IA hybrides inclusifs et durables, tout en fournissant des solutions innovantes pour la propriété intellectuelle et la gouvernance basée sur les biens communs.

CAIAC – Controverses et collaborations académiques autour de l’intelligence artificielle et computationnelle
Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS
2020-2021
Tommaso Venturini, Axel Meunier
https://cis.cnrs.fr/caiac/
Le projet propose le développement d’une cartographie scientométrique des controverses scientifiques et des alliances interdisciplinaires autour de l’intelligence artificielle et ses impacts, dans tout le spectre de la recherche académique et à travers plusieurs décennies. Pour cela, CAIAC développe une nouvelle méthode d’analyse visuelle de réseaux basée sur l’analyse des réseaux de co-citation (bibliographic coupling).

SoBigData++ – Infrastructure européenne intégrée pour le Social Mining et l’analyse des données massive
H2020, Appel INFRAIA-01-2018-2019 Integrating Activities for Advanced Communities, GA no 871042
2019-2022
Tommaso Venturini, Axel Meunier, Francesca Musiani, Mélanie Dulong de Rosnay
http://project.sobigdata.eu
SoBigData++ rassemble plus de trente institutions académiques et centres de recherche en Europe dans le but de développer l’infrastructure technique et la communauté d’utilisateurs nécessaires pour soutenir l’avancement de la recherche computationnelle sur les données des phénomènes sociaux.
Le CIS contribue à SoBigData++ en offrant du conseil sur l’organisation de datathons en ligne et hors ligne, où les différentes parties prenantes du projet peuvent se rencontrer et travailler ensemble. Dans le cadre de l’exploratoire sur “Débats sociétaux et désinformation en ligne”, le CIS est également chargé de mener des recherches sur le folklore conspirationniste en ligne et ses liens avec sous-cultures du Web vernaculaire.

TRIA – Le travail de l’IA : éthique et gouvernance de l’automation
Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS
2020-2021
Mélanie Dulong de Rosnay, Francesca Musiani
Mené par une équipe aux compétences mixtes en SHS et en informatique, ce projet propose une étude des lieux de production de l’intelligence artificielle. Nous étudions les plateformes de “micro-travail”, qui allouent à des foules de prestataires de petites tâches standardisées d’annotation et préparation de données pour nourrir les algorithmes de machine learning. Nous contribuons à la littérature naissante sur ce phénomène en explorant ses ramifications dans un pays, l’Espagne, qui est resté jusqu’ici dans l’ombre malgré sa forte participation. Avec des données issues d’une enquête empirique originale, analysées à l’aide de techniques statistiques ainsi que de méthodes de pointe de traitement de la langue notamment parlée, nous adressons des enjeux importants et jusqu’ici sous-théorisés de gouvernance des plateformes numériques, d’éthique du travail en ligne, et des conséquences (par exemple en termes de biais) de l’emploi de ces humains dans la production d’intelligence artificielle.

DOOM – Théorie des systèmes pour les troubles des médias en ligne
Fonds spécial CNRS 80|Prime pour la recherche interdisciplinaire
2019-2022
Tommaso Venturini, Maria Castaldo
https://cis.cnrs.fr/doom/
Le projet est une collaboration entre le CIS et le laboratoire GIPSA de Grenoble. Le projet s’articule autour d’une thèse interdisciplinaire sur les troubles de la communication numérique, tels que les “bulles de filtrage” et la propagation de “junk news”. Le projet étudie comment ces troubles sont liés à la dynamique d’attention générée par les infrastructures médiatiques contemporaines, à travers la modélisation mathématique de l’interaction entre les plateformes en ligne et leurs utilisateurs.

ResisTIC – Les résistants du Net. Critique et évasion face à la coercition numérique en Russie
Agence nationale de la recherche, ANR-17-CE26-0020
2018-2022
Francesca Musiani, Ksenia Ermoshina
https://www.resistic.fr
Financé par l’Agence nationale de la recherche, ce projet a pour objet d’analyser les résistances et les adaptations des internautes russes aux nouvelles régulations nationales du web. La Russie apparaît en effet comme un “laboratoire des résistances numériques” susceptibles de se diffuser au-delà de ses frontières. Ce projet innove par une enquête inédite sur les résistances en ligne en Russie, qui permet de mettre au jour des pratiques sociales et des techniques de contournement des contraintes en ligne peu connues. Il a l’ambition de contribuer, au-delà du cas russe, aux réflexions sur les reconfigurations du politique à l’épreuve des techniques de la communication dans le monde contemporain.

Activités de recherche non liées à un financement

Open Knowledge Foundation
2022-2026
Melanie Dulong de Rosnay, Ibrahim Baris Sayar, Renata Avila
Le projet développe une recherche sur l’infrastructure sociale, technique et juridique nécessaire à la production durable et la réutilisation inclusive de données sur la base de biens communs
La méthode adoptée est celle de la recherche participative avec un mécanisme de validation par les communautés.
L’objectif appliqué de ce programme de recherche, qui s’appuie sur différents projets de recherche déjà financés, est la définition de modèles pour des communs de données durables, inclusives, génératives et éthiques.

Enquête de données
2020-en cours
Tommaso Venturini, Axel Meunier, Francesca Musiani
Développé en collaboration avec le Public Data Lab (publicdatalab.org), “Enquête de données” est un projet non financé visant à développer une nouvelle approche de l’enseignement de la littératie et de la culture des données. S’appuyant sur la littérature sur les critical data studies, le projet souhaite créer et diffuser des ressources pédagogiques pour aider les enseignants et les étudiants à considérer de manière plus réflexive les conditions de production des données et les conséquences de leur exploitation. Le cours Enquête de données se base aussi sur une approche radicalement empirique et pratique. Au lieu de former les étudiants avec des exercices artificiels et des jeux de données fictifs, il les invite à participer à des vrais projets menés par des groupes de la société civile engagés dans des initiatives d’activisme des données.

Connexions de données
2018-en cours
Olivier Alexandre avec Samuel Coavoux, Fabien Tarissan
Ce projet de recherche porte sur les réseaux d’investissement dans la Silicon Valley. Comptant comme l’un des pôles industriels les plus dominants au monde, cette industrie est en réalité très diversifiée et hétérogène. Plus de 10 000 entreprises opèrent, avec peu d’années d’espérance de vie, un niveau médian de rentabilité majoritairement faible ou négatif en raison de l’absence d’adéquation avec le marché, et seule une extrême minorité d’entreprises créées sera finalement considérée comme un « succès » par leurs investisseurs. Pour ces différentes raisons, la Silicon Valley est principalement une économie d’investissement, incarnée par les investisseurs en capital-risque, même s’il existe une multiplicité de types d’investisseurs, de séquences et de sous-secteurs d’investissements. Nous nous intéressons plus particulièrement au fait que la répartition de ces investissements entre les sous-secteurs est très incertaine. Celles-ci révèlent des stratégies de diversification dans une économie technologique tout aussi indéterminée. Ainsi, nous essayons d’analyser les relations entre cette incertitude structurelle et la position centrale de quelques organisations.

Mondes numériques
2016-en cours
Olivier Alexandre avec Monique Dagnaud
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un séminaire de recherche conduit à l’EHESS depuis 2016. Alors que les plateformes, les applications et les robots sont devenus des objets et interfaces ordinaires, les acteurs de cette industrie restent méconnus. Ils représentent 2 à 3 % des emplois en France et aux Etats-Unis. Si la Silicon Valley est souvent présentée comme leur modèle, ils se déploient aujourd’hui dans la plupart des grandes villes du monde, parfois sous l’impulsion de gouvernements désireux de mobiliser les technologies au service de la modernisation des Etats et du management public. Ce projet de recherche collectif vise à cartographier ce monde social et ses modes de collaboration.

Messageries chiffrées : une perspective STS
2016-en cours
Ksenia Ermoshina, Francesca Musiani
Après les travaux menés pendant trois ans dans le projet NEXTLEAP (2016-2018) financé par le programme H2020 de la Commission européenne, nous poursuivons une réflexion éclairée par les STS sur les outils de messagerie chiffrée de bout en bout, leur développement et leur appropriation par les utilisateurs, avec un accent particulier sur la variété d’architectures sous-tendant ces outils et leurs implications socio-économiques.

Funded research projects

REFORMS – Reinforcing the ecosystem of training programs in science communication
24-month project funded by the ANR as part of the Sciences avec et pour la société 2021 call, coordinated by Jean-Marc Galan (CIS UPR 2000, CNRS), with Francesca Musiani (CIS UPR 2000, CNRS), Matteo Merzagora and Paul Boniface (TRACES), Xavier Coumoul and Afaf Mikou (UMR 8601, University of Paris) and Loïc Petitgirard (CNAM, HT2S).
https://cis.cnrs.fr/reforms/

ODECO – Towards a sustainable Open Data ECOsystem
Marie Curie Action Innovative Training Networks (ITN) Call: H2020-MSCA-ITN-2020
Coordination: Delft University
October 2021-September 2025
Mélanie Dulong de Rosnay, İbrahim Barış Sayar
https://odeco-research.eu/
The central aim of the ODECO consortium network is to train the next generation of creative and innovative early stage open data researchers, to unlock their creative and innovative potential to address current and future challenges in the creation of user driven, circular and inclusive open data ecosystem.
The interdisciplinary research and training programme will deliver 15 PhD degrees, in joint supervision and training between academic, public and private sectors partner organizations.
In partnership with University Paris Nanterre Doctoral School of Public Law and the legal tech Doctrine, the role of CIS is to supervise a PhD on Open Licensing of Non-Government Data, as well as participate to the research and training efforts of the project.

CulturIA – A cultural history of artificial intelligence
French National Research Agency (ANR)
January 2022-December 2025 (36 months)
Ksenia Ermoshina, Tommaso Venturini, Olivier Alexandre, Mélanie Dulong de Rosnay, Francesca Musiani
https://cultureia.hypotheses.org/
CultureIA aims to develop a cultural analysis of artificial intelligence, from its “pre-history” to most recent developments of deep learning, by combining methods of history and sociology of science and technology, of history of ideas and collective imaginaries, with ethnographic fieldwork and scientometric analysis. The project aims at understanding AI not just as an ensemble of algorithms, but also as a “technoculture” where concerned scientific disciplines (mathematics, informatics, cognitive science) are inscribed into institutional contexts that shape specific scientific practices, and also into situated cultural contexts and into collective imaginaries, which imply ideologies, fictions, sensitive representations. The project adopts an interdisciplinary approach combining cultural history, STS, ethnography and scientometrics. The team involves programmers and IA specialists, historians of science, sociologists of science and technology, philosophers and cultural scientists.
Several CIS researchers are involved in the project. Ksenia Ermoshina is the coordinator of WP2 (ethnography of Artificial Intelligence). She will coordinate the fieldwork and qualitative data collection in 4 different countries: France, United States, Russia, Singapore, in order to grasp cultural and socio-technical specificities of AI in-the-making within various contexts, cultures and political regimes. Tommaso Venturini is in charge of WP1 (with Benoit Sagot, INRIA), aimed at developing a cartography of representations and imaginaries of AI in science. Olivier Alexandre is also involved in WP2, focused on the US context. Mélanie Dulong de Rosnay and Francesca Musiani will provide specific contributions from legal and STS perspectives.

ScientIA
French National Research Agency
January 2022-December 2025 (48 months)
Tommaso Venturini
ScientIA aims to analyze, with a comparative perspective, the impact and the implications of the introduction of AI in academic and industrial research. We will study the introduction of AI in these ecosystems of applied or basic research, with a multifaceted approach linking together the epistemic transformations that AI induced, the epistemological fractures it generated, the related renewal of the scientific practices, and the large-scale societal perception. This project stands on an interdisciplinary framework combining computational tools (network science, complex systems methods, AI techniques, modelling, etc.) and social science methodologies (surveys and qualitative interviews).
At CIS CNRS, Tommaso Venturini, has a long experience in working with scientometrics data and developing network analysis projects. Thanks to his double background in Science and Technology Studies (STS) and digital methods, he will help with the combination of quantitative and qualitative methods of the project crucial to this project. T. Venturini is also the PI of the project CAIAC whose result can serve as a springboard for ScientIA and has already developed a first bibliographic mapping of IA in the context of the Global Forum on IA for Humanities.

Splinternet – Managing the divergence and convergence of online content and services
Tender, European Parliament, Panel for the Future of Science and Technology (STOA)
2021-2022
Francesca Musiani (with Clément Perarnaud, Julien Rossi and Lucien Castex of GDR 2091 working group on Internet governance and regulation)
https://www.europarl.europa.eu/stoa/en/home/highlights
Increased customization and restriction of access for both individuals and groups have resulted in substantial divergences in the range of internet content and services that are available – or presented by default – to users. Here, we use the term ‘splinternet’ to refer to the emerging landscape of distinct and autonomous ‘internets’ that result from such divergences. These divergences, as well as possible convergence (or new interoperability) of distinct internet spaces, is the core subject of this project. The aim is to provide an accessible review and explanation of divergence and convergence in internet products and services, including the role of protocols, principles and EU policy, and to develop and examine a range of policy options, in the context of the EU policy agenda.

DIGEING – A research agenda on Digital Media and Human Well-Being
CNECT/2020/OP/0035 VIGIE 2020-0661
Coordination CNRS ISC-PIF, Universita Ca’Foscari Venezia and Universidad Politecnica de Madrid
May 2021-November 2022
Mélanie Dulong de Rosnay
https://iscpif.fr/digeing/
This European Commission project aims at synthesising the current understanding of the impact of digital media on human behaviour, seed and map a new interdisciplinary research community on this topic, scope for a research agenda, and issue recommendations for policy and future digital media design. It proposes a hybrid methodology for a collaborative large-scale mapping of the state-of-the-art and challenges of that emerging field. This collective study is mediated by intelligent ICT tools and the research community input on the key challenges that should be supported by the EU in the next five years. On the basis of this collaborative mapping of state-of-the-art and future challenges, the Advisory group will be in charge to recommendations to the European Commission for future funding schemes in this domain. The outputs of this project will be a prospective roadmap for the EU and a cartography of the main actors and research areas related to Digital Media and Human Well-Being.
Mélanie Dulong de Rosnay is a member of the interdisciplinary Advisory Group and contributes to framing the research field.

DesCartes – AI-based Decision making in Critical Urban Systems
National Research Foundation, Singapore (NRF)
Hosted by Singapore at the Campus for Research Excellence and Technological Enterprise (CNRS@CREATE)
Partners: 18 universities from both Singapore and France, 5 companies
October 2021-September 2026
Mélanie Dulong de Rosnay (with Marida Di Crosta, Amélie Favreau and Jean-Marc Deltorn of GDR 2091)
The programme aims to enhance real-time decision-making in urban-critical systems, with a focus on individuals and society at large. Critical urban infrastructure must be made more efficient, reliable and secure by an optimal combination of AI and human decision-making processes, requiring an innovative generic and multi-purpose AI-based methodology to support and empower urban critical systems. Some 30 PhD students, 50 postdoctoral fellows, and over 80 other academics and researchers from both countries will be recruited.
CIS-CNRS is involved in one of the human and social centered workpackage and will contribute to a ‘legal by design’ approach to AI that bridges engineering and social requirements for inclusive, sustainable hybrid AI models, while providing innovative solutions for Intellectual Property and commons-based governance.

CAIAC – Controversies and Collaborations on Artificial and Computational Intelligence
Mission for transversal and interdisciplinary initiatives of the CNRS
2020-2021
Tommaso Venturini, Axel Meunier
https://cis.cnrs.fr/caiac/
The project proposes the development of a scientometric mapping of the scientific controversies and the interdisciplinary alliances around artificial intelligence and its impacts, across the whole spectrum of academic research and through several decades. To do this, CAIAC is developing a new method of visual network analysis based on the analysis of bibliographic coupling.

SoBigData++ – European Integrated Infrastructure for Social Mining and Big Data Analytics
H2020 Call INFRAIA-01-2018-2019 Integrating Activities for Advanced Communities, GA n° 871042
2019-2022
Tommaso Venturini, Axel Meunier, Francesca Musiani, Mélanie Dulong de Rosnay
http://project.sobigdata.eu
SoBigData++ gathers more than thirty academic institutions and research centres in Europe with the aim to develop the technical infrastructure and the user community necessary to support the advancement of computational research on social big data.
The CIS contributes to SoBigData++ by offering advice on the organisation of online and offline datathons, where the different constituencies of the project can meet and work together. Within the exploratory on “Societal Debates and Online Misinformation”, the CIS is also responsible for carrying out research on junk new, online conspiratorial folklore and their connections with the subcultural communities of the vernacular Web.

TRIA – The Work of AI: Ethics and governance of automation
Mission for transversal and interdisciplinary initiatives of the CNRS
2020-2021
Mélanie Dulong de Rosnay, Francesca Musiani
Led by a team with mixed skills in SHS and computer science, this project studies the production sites of artificial intelligence. We are studying “micro-work” platforms, which allocate crowds of individuals to small, standardized tasks of annotation and data preparation to feed machine learning algorithms. We contribute to the emerging literature on this phenomenon by exploring its ramifications in a country, Spain, which has so far remained in the shadows despite the strong presence of these practices. With data from an original empirical survey, analyzed using statistical techniques as well as state-of-the-art language processing methods, in particular spoken, we address important and hitherto under-theorized issues of governance of digital platforms, online work ethics, and the consequences (for example in terms of bias) of using these humans in the production of artificial intelligence.

DOOM – Systems theory for the Disorders Of Online Media
Special CNRS 80|Prime fund for interdisciplinary research
2019-2022
Tommaso Venturini, Maria Castaldo
https://cis.cnrs.fr/doom/
The project is a collaboration between the CIS and the GIPSA-lab of Grenoble. The project revolves around an interdisciplinary Ph.D. thesis on the disorders of digital communication, such as the formation of “filter bubbles” and the propagation of “junk news”. The project investigates how these disorders are linked to the attention dynamics generated by contemporary media infrastructure, through the mathematical modelling of the interplay between online platforms and their users.

ResisTIC – The Net Resisters. Critique and evasion of digital coercion in Russia
French National Research Agency, ANR-17-CE26-0020
2018-2022
Francesca Musiani, Ksenia Ermoshina
https://www.resistic.fr
Funded by the French National Research Agency, this project aims to analyze the resistance and adaptations of Russian Internet users to new national web regulations. Russia indeed appears to be a “laboratory of digital resistance” likely to spread beyond its borders. This project innovates with an unprecedented survey of online resistance in Russia, which brings to light lesser-known social practices and techniques for circumventing online constraints. His ambition is to contribute, beyond the Russian case, to reflections on the reconfigurations of politics to the test of communication technologies in the contemporary world.

Research activities with no dedicated funding

Open Knowledge Foundation
2022-2026
Melanie Dulong de Rosnay, Ibrahim Baris Sayar, Renata Avila
The collaboration develops research on the social, technical and legal infrastructure necessary for the sustainable production and inclusive reuse of data based on the commons
The method adopted is that of participatory research with a mechanism of validation by the communities.
The applied objective of this research program, which builds on different research projects already funded, is the definition of models for sustainable, inclusive, generative and ethical data commons.

Data Inquiries
2020-present
Tommaso Venturini, Axel Meunier, Francesca Musiani
Developed in collaboration with the Public Data Lab (publicdatalab.org), Data Inquiries is a non-funded project aiming at developing a new approach for the teaching of data literacy. Drawing from the growing literature on critical data studies, the project plans to create and disseminate pedagogical resources to help teachers and students to consider reflexively the conditions of data production and the consequences of data exploitation. Data Inquiries promotes a radically empirical and hand-on approach. Instead of training students with artificial exercises and mock-up datasets, it invites them to take part in actual projects with civil society groups engaged in data activism initiatives.

Data connections
2018-present
Olivier Alexandre with Samuel Coavoux, Fabien Tarissan
This research project sheds light on investment networks in the Silicon Valley, which has become one of the most dominant industrial hub in the world. However, this industry is still diverse and heterogeneous. More than 10,000 companies are operating, with few years of life expectancy, a median level of profitability mostly low or negative due to the absence of a market fit, and only an extreme minority will be ultimately considered as a “success”. This is why Silicon Valley is mostly an investment economy, epitomized by venture capitalists, even if there is a multiplicity of investor types, sequences and sub-sectors of investments. Rhe distribution of these investments between sub-sectors is highly uncertain. These reveal diversification strategies in a similarly uncertain Tech economy. Thus, we are trying to analyze the contrast between this structural uncertainty and the central lasting position of few organizations.

Digital Worlds
2016-present
Olivier Alexandre avec Monique Dagnaud
This project is the continuity of a research workshop started at EHESS in 2016. While platforms, applications and robots have become ordinary objects and interfaces, the middle range workers of this industry remain unknown. They represent 2 to 3% of jobs in France and the United States. Even if Silicon Valley is often described as their model, they are being settled in most major cities around the world, sometimes under the impetus of governments eager to use new technologies as a state modernization and public affair management tool. This collective research project aims to map this social world and its modes of collaboration.

Encrypted secure messaging tools: a STS perspective
2016-present
Ksenia Ermoshina, Francesca Musiani
After the work conducted for three years in the H2020-funded project NEXTLEAP (2016-2018), we continue a STS-informed reflection on end-to-end encrypted messaging tools, their development and appropriation by users, with a particular focus on the variety of architectures subtending these tools and their socio-economic implications.