Systems theory for the Disorders Of Online Media (DOOM)

Les médias sociaux en ligne jouent un rôle clé dans la société contemporaine et les débats qui s’y déroulent sont connus pour façonner les tendances politiques et sociétales. Pour cette raison, on observe avec inquiétude des phénomènes pathologiques tels que la formation de « bulles filtrantes » et la propagation virale de « fausses nouvelles ». L’hypothèse scientifique de ce projet est que ces troubles de l’information sont des conséquences directes de la nature de ces moyens de communication, et plus précisément de la dynamique collective de l’attention. Afin de rendre compte de ces dynamiques, ce projet préconise la modélisation mathématique de l’interaction entre le support (composante algorithmique) et les utilisateurs (composante humaine). La dynamique qui en résulte doit être explorée selon une approche basée sur la théorie des systèmes, utilisant des notions telles que le retour d’information et la stabilité. Cette approche quantitative et rigoureuse permettra non seulement de dégager des informations fondamentales, mais également de faire des suggestions sur les politiques appropriées pour gérer ces médias.

Le projet DOOM est financé par le CNRS, dans le cadre de l’appel à projets “80|Prime” de la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires (MITI).

EN. The DOOM project is funded by the CNRS, as part of the “80|Prime” call for projects.

Partenaires

Le projet réunit Paolo Frasca (GIPSA-lab, UMR 5216, CNRS, Grenoble INP, Université Grenoble Alpes), Tommaso Venturini (Centre Internet et Société, UPR 2000, CNRS) et Maria Castaldo, doctorante (GIPSA-lab, CNRS).

EN. Online social media have a key role in contemporary society and the debates that take place on them are known to shape political and societal trends. For this reason, pathological phenomena like the formation of “filter bubbles” and the viral propagation of “fake news” are observed with concern. The scientific assumption of this proposal is that these information disorders are direct consequences of the inherent nature of these communication media, and more specifically of the collective dynamics of attention thereby. In order to capture these dynamics, this proposal advocates the mathematical modelling of the interplay between the medium (algorithmic component) and the users (human component). The resulting dynamics shall be explored by a system-theoretic approach, using notions such as feedback and stability. This quantitative and rigorous approach will not only unlock fundamental insights but also deliver suggestions on suitable policies to manage the media.