21.4.2022 Hypertextes #11
Claudia Attimonelli et Vincenzo Susca

Claudia Attimonelli, Vincenzo Susca, trad. par Jean-Luc Defromont, Black Mirror et l’aurore numérique. Nos vies après l’humanisme, Éditions Liber, coll. « L’imaginaire et le contemporain », 2020, 184 p.

Hypertextes reçoit Claudia Attimonelli et Vincenzo Susca, le 21 avril 2022, de 17h à 18h, pour une séance en visioconférence portant sur leur ouvrage Black Mirror et l’aurore numérique (Éditions Liber, 2020). Merci de vous inscrire.

Black Mirror et l’aurore numérique
Nos vies après l’humanisme

Les séries télévisées constituent depuis des années la forme privilégiée dans laquelle notre culture se projette, mais Black Mirror représente bien plus que cela : c’est un fait socioculturel emblématique du monde contemporain qui esquisse la société du futur en décrivant de manière paroxystique ce que nous vivons déjà — la dystopie au cœur du quotidien. Voici un spectacle, un musée, une prison et un jeu vidéo où la technique, les algorithmes et les réseaux sociaux prévalent sur les individus en annihilant la rationalité sur laquelle nos sociétés se sont fondées. Œuvre totale, la création de Charlie Brooker explore la médiatisation de l’existence dont nous faisons l’expérience entre trolls, haters, sexting, surveillance, stories, cancel culture et analyse prédictive. S’y arrêter permet non seulement de voir notre époque comme une catastrophe, mais surtout de comprendre ce qui est en train de surgir des cendres de l’humanisme et de la modernité: l’aurore numérique.

Claudia Attimonelli, sociosémiologue, est enseignante-chercheuse en cinéma, médias et imaginaire à l’université Aldo-Moro à Bari (département FORPSICOM). Elle a notamment écrit Techno (2018) et L’estetica del malessere (2020).

Vincenzo Susca est maître de conférences en sociologie à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Directeur éditorial des Cahiers européens de l’imaginaire, il a publié, entre autre, Joie tragique ( 2011 ) et Les affinités connectives ( 2016 ).