26.11.2020 CIS #12
Isabelle Berrebi-Hoffmann

Cette séance du séminaire du CIS s’est déroulée en visioconférence le jeudi 26 novembre 2020 de 14h à 15h30. L’enregistrement vidéo est disponible.

Où en sont les utopies productives ? Plateformes, makers et fabrication distribuée

La sociologie considère depuis longtemps les formes de la division du travail comme centrales dans la constitution de nos sociétés et de ses institutions. Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, des modes de production prenant appui sur le numérique se sont constitués sous des formes nouvelles, collaboratives, libres ou au contraire propriétaires, globales et locales, qui ont pris en défaut les institutions de régulation du travail, des entreprises et du capitalisme. Les plateformes, le logiciel libre, l’open hardware, les communs productifs ou la fabrication distribuée n’entrent plus tout à fait dans les modèles de la firme, du marché ou de la communauté tels que définis empiriquement et théoriquement par les canons des sciences sociales et du droit. De plus, ils tirent leur efficience d’un “travail des données” dont les contours, mais aussi la propriété, sont en débat dans la société. À qui appartient le travail des données ? En quoi ces modèles constituent-ils des alternatives vis-à-vis des modèles établis ? Pourquoi ont-ils été particulièrement mobilisés durant la crise sanitaire ? Avec quelles catégories est-il possible de les penser ?

À partir de cas divers (makerspaces, plateformes coopératives, plateformes informatique, plateformes de fabrication distribuée durant la crise sanitaire) issus de ses programmes de recherche, Isabelle Berrebi-Hoffmann esquissera un premier bilan analytique de ces “utopies productives” ainsi que des critiques du travail et de nos modes de production, qui en sont issues.

Isabelle Berrebi-Hoffmann est sociologue, directrice de recherche au CNRS au sein du Lise (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique). Spécialiste des transformations du travail et de l’entreprise, elle travaille sur les formes productives alternatives dans les mondes numériques, l’économie collaborative et les communs et l’émergence de nouvelles formes et frontières du travail. Ses dernières recherches l’ont menée dans l’écosystème collaboratif du grand Boston, aux États-Unis, où, lors d’un séjour invité de deux années, elle s’est intéressée à l’émergence des fablabs et du mouvement Maker, ainsi qu’aux “Ethic initiatives” et mouvements de contestation critique des salariés des Gafam et des chercheurs de l’intelligence artificielle. Parmi ses dernières publications, citons Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui (dir.) (La Découverte, 2016, 1ère édition 2009) et Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social (avec Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, Seuil, 2018).